Hoi An

Aujourd’hui, c’est jour de repos. Promenade dans le centre de Hoi An, achat d’articles locaux et lecture. J’en profite aussi pour vous remercier pour les compliments sur les photos. Pour faciliter le chargement, je les mets en ligne avec une définition faible. Celles et ceux qui souhaitent avoir les originaux, en belle qualité, peuvent me les demander.

Bon visionnement et n’hésitez pas à laisser vos commentaires et impressions pour les partager avec les autres visiteurs !

De Hue à Hoi An

Après la journée impériale à Hue, la prochaine étape commence en bateau pour remonter la rivière des parfums. Elle fut ainsi nommée car en automne, les fleurs des arbres fruitiers qui tombent dans la rivière embaument ensuite la ville de Hué.

Les visites se poursuivent avec la pagode de la Dame Céleste et le tombeau de l’empereur Minh Mang. À propos des tombeaux des empereurs, ces derniers choisissaient le lieu de leur vivant et y construisaient une résidence secondaire avec parcs et jardins ainsi que les habitations destinées aux très nombreuses épouses.

Se promener dans ces résidences et leurs jardins est une expérience surprenante. En effet, il y règne une ambiance particulièrement agréable. La disposition des bâtiments, la beauté des jardins, les étangs et rivières ainsi que les différents éléments allégoriques transmettent une sensation de quiétude et de sérénité.

Après cette promenade, on rejoint en car Hoi An, petit village situé au bord de la mer de Chine. Ici les anciennes maisons sont très bien conservées et ne manquent pas de charmer rapidement les visiteurs. Ce côté typique et pittoresque y attire les touristes ce qui permet au commerce local de fleurir à nouveau. On y produit de la soie, de la potterie, de la maroquinerie et toutes sortes de lampions et accessoires divers. Le visiteur averti remarquera rapidement que tous les articles sont produits localement, même les sacs The North Face! Acheter ici c’est faire vivre un artisanat local et autentique. Les nombreuses terrasses et la zone piétonne invitent à prendre une pause bien méritée!

Hue

Après ces deux magnifiques journées passées à Halong, mer et terre, retour à Hanoï pour prendre un train couchettes à destination de Hue. C’est une expérience à ne pas rater. Environ 11 heures pour faire quelques 600 kilomètres. Malgré beaucoup de bruit et surtout de vibrations on finit par s’endormir !

Hue était la capitale impériale du Viêt Nam pendant le règne de la dynastie des Nguyen. Ça se remarque tout de suite. Grandes avenues, magnifiques palais, beaucoup de maisons coloniales et la citadelle qui était la résidence des empereurs. Ici les principales visites sont la citadelle impériale, le tombeau de l’empereur poète Tu Duc et la pagode des Eunuques.

En fin de journée, un groupe de touristes triés sur volet est invité pour partager un repas royal. Dans un salon privé, des plats excellents présentés avec beaucoup de soin sont accompagnés par une douce musique vietnamienne.

Halong sur terre

Après avoir vu la magnifique baie d’Halong, on ne peut pas s’imaginer pouvoir se laisser s’émerveiller encore plus. Et bien oui, c’est possible. Il y a aussi Halong sur la terre. C’est encore plus magique. Ces énormes montagnes de calcaire sculptées par la pluie, sortent de terre comme par enchantement. Au milieu des lacs, des rivières, des étangs et beaucoup de rizières. La végétation luxuriante apporte une touche supplémentaire de beauté. Des fleurs aux couleurs vivent se mélangent au vert intense des feuilles de bananiers et des rizières. S’y promener, en barque puis à vélo et enfin à pied à été une expérience magnifique. La douceur du paysage se transforme en paix intérieure. Chaque nouveau point de vue éveille le sens de la contemplation.


La baie d’Halong

De Hanoï à Halong, ça fait environ 150 kilomètres que l’autocar couvre en quatre heures. Les routes sont bonnes et le trafic assez intense. Lorsque je disais que l’on peut transporter pratiquement tout sur une moto, je ne pensais pas que cela pouvait aller aussi loin. Ce matin il y avait une moto avec un veau vivant sur le porte-bagages. Sortis de la ville, on peut voir la campagne, essentiellement des rizières et des cultures de légumes et beaucoup de bananiers.

La baie d’Halong est un lieu époustouflant qui mérite très largement sa réputation. C’est la deuxième des sept merveilles naturelles du monde. La visite se fait à bord d’une jonque qui propose une petite croisière d’un jour avec plusieurs activités et une cuisine excellente. Dès que la jonque quitte le port, la magie commence à opérer. Ces rochers énormes qui sortent abruptement de la mer dessinent des formes aussi originales que impressionnantes. La jonque glisse silencieusement sur l’eau et fait pénétrer ses passagers dans un monde à part. Silencieux, féerique, magique, extraordinaire, les qualificatifs ne suffisent pas pour décrire ces moments privilégiés.

La promenade se poursuit sur une petite barque en bambou en bambou. Après un grand bassin, elle longe de très gros rochers et se dirige lentement vers un petit village flottant de pêcheurs. Les paysages sont tout simplement époustouflants. Quelques habitations, une école, une maison de commune. Loin de tout, des klaxons, de la frénésie de la ville, le contraste est total.

Ici tout contribue à une sensation de plénitude, de sérénité, voir même de sagesse.

Hanoi, suite

Le musée d’ethnographie est un excellent choix pour débuter la journée. On y apprend une foule d’informations qui nous rapprochent du Viêt Nam et de sa population. Une belle façon de lever le voile sur ce monde aussi différent du nôtre.

Une place importante est dédiée aux rites et traditions qui concernent les moments importants de la vie, tels que le mariage, le deuil et de d’autres fêtes.

En partant de chez moi, je pensais qu’au Viêt Nam vivait un peuple, les Vietnamiens. Et bien ce n’est pas aussi simple. En réalité, il y a 54 ethnies différentes réparties dans le pays selon les régions, la plus importante étant celle des Viêt. Ces ethnies ont des coutumes différentes et très souvent des langues différentes. Comme quoi, ce n’est qu’en soulevant le couvercle que l’on peut voir ce qu’il y a dans la casserole.

Autre découverte, les Vietnamiens pratiquent le culte des ancêtres. En général, chaque famille possède son propre autel à la maison, dont l’emplacement répond à des critères bien précis.

La visite continue avec Tran Quoc, une pagode située en face d’un lac intérieur de la ville. La coutume veut que les moines bouddhistes vivent des offrandes faites par les fidèles qui viennent prier. Parmi ces offrandes il y a aussi des vivres et par exemple de la bière !

L’après-midi est consacrée à une longue balade dans le quartier des 36 corporations. L’émerveillement est total et permanent. Un feu d’artifice de couleurs s’offre aux passants à chaque coin de rue. Il y a une quantité incroyable de magasins de fleurs aux couleurs vives et variées. Les rues sont bondées de petites boutiques. Tout le monde est actif, la vie se passe ici et maintenant. D’innombrables petites échoppes proposent de petits plats excellents faits minute. D’ailleurs, pour bien profiter de la cuisine vietnamienne il est préférable d’oublier le restaurant traditionnel européen et de déguster des plats servis dans la rue. Parfois des tables et des chaises sont aussi proposées aux client.

Je suis subjugué par la spontanéité des passants à échanger un sourire. Malgré une grande confusion, le bruit permanent des klaxons, la grande promiscuité, il règne une ambiance détendue, sereine, presque festive. Bien que tout soit nouveau pour moi, je me sens à l’aise comme si venais ici chaque année depuis longtemps.

 

Hanoi

À l’aéroport de Genève, j’ai rencontré trois jeunes femmes fort sympathiques. Rapidement, nous nous sommes aperçus que nous allions tous au Viêt Nam et avec le même vol depuis Paris. Nous avons pris le café est parlé de tout et de rien. C’est amusant que cette situation permette de voir des personnes que l’on aurait jamais rencontré autrement. De découvrir comme chacune a ses mimiques, son charme et sa beauté. L’attente du prochain vol nous laisse le temps de faire connaissance. Il offre un cadre sans contraintes, je dirais même sans frontières, donc favorable pour de nouvelles découvertes.

Hanoi, première étape de mon voyage, est la capitale actuelle du Viêt Nam. Ça peut paraître trivial, mais c’est dit. Ce qui frappe en premier c’est l’activité permanente qui envahit le centre ville. On a l’impression que tout est en mouvement et que ça ne va jamais s’arrêter. Les motos et autres scooters peuvent tout, mais absolument tout transporter. Des personnes, ce qui peut paraître normal, mais aussi 4 ou 5 personnes (par moto)! Des paquets, des échelles, des arbres, oui oui, j’ai bien dit des arbres, des poissons en grande quantité et vivants, bref vraiment tout. Ça se passe d’une façon totalement naturelle. Chaque conducteur est bien concentré sur son trajet et, lorsqu’on le prend en photo, il esquisse volontiers un sourire, voire même un signe amical de la main. L’art de la conduite consiste à occuper chaude centimètre carré reste libre sur la route. L’instrument le plus utilisé est le klaxon, même quand il n’y en pas besoin, ça fait toujours du bien.

La première impression que l’on a des Vietnamiens est qu’ils sont très ingénieux et fort souriants.

Le centre ville est un mélange d’architecture coloniale, avec une forte influence chinoise et des développements modernes. Le tout se mélange harmonieusement et confère à cette ville son charme caractéristique. De nombreuses ruelles remplies d’échoppes toutes différentes et uniques. Par moments, dans ces passages étriqués, bondés de monde, de motos, de marchands et de passants distraits, j’ai eu l’impression de me retrouver un James Bond.

Après le brouhaha du matin, des visites plus conventionnelles ont pris place. Le Temple de la lecture, qui est un lieu destiné à promouvoir et encourager la culture et la formation. Ses nombreuses allégories font parfois appel à des formes ou des animaux pour exalter les valeurs qui favorisent les études et l’apprentissage.

Ensuite, le quartier Hô Chi Minh avec le Mausolée, le Palais présidentiel, le parlement et la pagode Môt Côt, ou du pilier unique, qui fut érigée par un empereur très ancien pour remercier la déesse de lui avoir donné un enfant et surtout en un temps record.


 

J-1

Voilà tout est prêt, il ne reste plus qu’à partir et profiter.
Demain matin Genève Paris, et ensuite dans l’après-midi, Paris Hanoï.

Un grand merci à :

  • Luong de la Maison de l’Indochine pour le boarding pass.
  • Christian pour l’excellente remarque sur les « deux » voyages !
  • LN pour les conseils astucieux lors de la préparation de la valise.
  • Alex pour le livre qui donnera de la profondeur à ce voyage.

Donc on se retrouve lundi à Hanoï pour le début du « vrai » voyage.

Avant le départ

Si nous pouvions représenter l’ensemble de nos connaissances comme une sphère, tout ce qui est en dehors de cette sphère représenterait notre ignorance.

Au fur et à mesure que nos connaissances augmentent, la sphère grossit et la limite avec l’extérieur augmente d’autant. Ceci nous permet de constater que notre ignorance est toujours plus grande.

Bientôt, je vais partir pour une traversée du Viêt Nam avec curiosité et envie d’apprendre.